FLORILÈGE

Sainte Mère Teresa :

Mère Teresa "N'utilisons ni bombes ni fusils pour vaincre le monde. Utilisons l'amour et la compassion. La paix commence par un sourire -- souriez cinq fois par jour à quelqu'un à qui vous n'avez vraiment pas envie de sourire -- faites-le pour la paix. Ainsi, rayonnons de la paix de Dieu et, ainsi, brillons de Sa lumière et éteignons dans le monde et dans les cœurs de tous les hommes toute haine et tout amour du pouvoir"

Conduis-moi de la mort à la vie, du mensonge à la vérité. Conduis-moi du désespoir à l’espoir, de la peur à la confiance. Conduis-moi de la haine à l’amour, de la guerre à la paix. Que la paix emplisse notre cœur, notre monde, notre univers ! Paix ! Paix ! Paix !

Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus :

Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus L'âme simple et droite ne voit de mal à rien, puisqu'en effet le mal n'existe que dans les cœurs impurs et non dans les objets insensibles... Je priai aussi St Joseph de veiller sur moi; depuis mon enfance j'avais pour lui une dévotion qui se confondait avec mon amour pour la Sainte Vierge.

Ton âme est appelée à s'élever vers Dieu par l'ascenseur de l'Amour et non pas à gravir le rude escalier de la crainte. ( Lt 258)

L'ascenseur qui doit m'élever jusqu'au Ciel, ce sont vos bras, ô Jésus ! Pour cela je n'ai pas besoin de grandir, au contraire il faut que je reste petite, que je le devienne de plus en plus.

Dites bien, ma Mère, que si j'avais commis tous les crimes possibles, j'aurais toujours la même confiance, je sentirais que cette multitude d'offenses serait comme une goutte d'eau jetée dans un brasier ardent.

Je compris que chaque âme était libre de répondre aux avances de Notre Seigneur, de faire peu ou beaucoup pour Lui, de choisir entre les sacrifices qu'Il demande. Alors comme aux jours de ma petite enfance, je me suis écriée : "Mon Dieu, je choisis tout. Je ne veux pas être une sainte à moitié... je ne crains qu'une chose c'est de garder ma volonté..."

« Oh! non, la sainteté n'est pas dans telle ou telle pratique, elle consiste en une disposition du cœur qui nous rend humble et petit entre les mains de Dieu, conscient de notre faiblesse, et confiant jusqu'à l'audace en sa bonté de Père. »

Ce n’est pas pour rester dans le ciboire d’or que Jésus descend chaque jour du Ciel. C’est afin de trouver un autre Ciel qui lui est infiniment plus cher que le premier : le Ciel de notre âme, faite à son image, le temple vivant de l’adorable Trinité ! (Ms A 48)

Je ne puis craindre un Dieu qui s’est fait pour moi si petit… je l’aime !… car Il n’est qu’amour et miséricorde ! (LT266)

Oh! je t'aime, Marie, te disant la servante
Du Dieu que tu ravis par ton humilité
Cette vertu cachée te rend toute-puissante
Elle attire en ton coeur la Sainte Trinité
Alors l'Esprit d'Amour te couvrant de son ombre
Le Fils égal au Père en toi s'est incarné
De ses frères pécheurs bien grand sera le nombre
Puisqu'on doit l'appeler: Jésus, ton premier-né! (Poésie 54 str. 4)

Vous vous démontez si facilement, parce que vous n'adoucissez pas votre coeur d'avance. Quand vous êtes exaspérée contre quelqu'un, le moyen de retrouver la paix c'est de prier pour cette personne et demander à Dieu de la récompenser de vous faire souffrir.

Je vous remercie, ô mon Dieu! de toutes les grâces que vous m'avez accordées, en particulier de m'avoir fait passer par le creuset de la souffrance. C'est avec joie que je vous contemplerai au dernier jour portant le sceptre de la Croix; puisque vous avez daigné me donner en partage cette Croix si précieuse, j'espère au Ciel vous ressembler et voir briller sur mon corps glorifié les sacrés stigmates de votre Passion...
Après l'exil de la terre, j'espère aller jouir de vous dans la Patrie, mais je ne veux pas amasser de mérites pour le Ciel, je veux travailler pour votre seul Amour, dans l'unique but de vous faire plaisir, de consoler votre Cœur Sacré et de sauver des âmes qui vous aimeront éternellement. (extrait acte d'offrande)

Saint Jean de la Croix :

Carmes Province Avignon-Aquitaine
Jetez votre souci en Dieu car Il a souci de vous ; Il ne vous oubliera pas. Ne pensez pas qu'Il vous laisse seule, ce serait Lui faire injure.

« Ne pensez à rien d’autre, sinon que tout est disposé par Dieu; et là où il n’y a pas d’amour, mettez l’amour et vous récolterez l’amour » (Lettre 26).

Le plus petit mouvement de pur amour est plus utile à l’Église que toutes les œuvres réunies. (CS str. XXIX)

Mieux vaut vaincre sa langue que jeûner au pain et à l’eau.(Max.)

Si vous voulez avoir Dieu en toutes choses, il faut que vous n'ayez rien en toutes choses; car le cœur qui est à quelqu'un, comment peut-il être tout à un autre?

Une seule pensée de l'homme est plus précieuse que tout l'univers; d'où vient que Dieu seul en est digne.

"A la tarde de la vida te examinarán en el amor"
Au soir de ta vie, c'est sur l'amour que tu seras jugé

Un petit fil empêche aussi bien l'oiseau de voler qu'un gros fil : de même un petit attachement est à l’âme un aussi grand obstacle pour aller à Dieu, qu'un grand attachement.

C’est une affaire de grande importance pour l’âme d’exercer en cette vie les actes d’amour, afin que se perfectionnant en peu de temps, elle ne s’arrête longtemps, ici-bas ou là-haut, sans voir Dieu. (Vive Fl. str. v. 6.)

L'âme qui n'a pas éteint ses désirs et ses soins pour les choses du monde n'a pas moins de difficulté pour aller à Dieu qu'un homme n'a de peine à traîner en haut un chariot fort pesant.

Comme l'eau chaude, dès qu'on la découvre, perd sa chaleur, et comme les parfums exposés à l'air perdent leur senteur, ainsi l'âme qui ne s'est pas resserrée dans la seule affection de Dieu perdra bientôt la chaleur et la vigueur de la vertu. (2 MC 10)

Le Père n'a dit qu'une parole (Jn 1,18), à savoir son Fils et dans un silence éternel Il la dit toujours: l'âme aussi doit L'entendre en silence (Sg 18,15).

Dieu aime plus en toi le moindre degré de pureté de conscience que les nombreuses œuvres que tu peux faire.

Une œuvre pour petite qu'elle soit, faite en secret, sans désir que les autres en aient la connaissance est plus agréable à Dieu que mille autres, faites avec la volonté vaine de les manifester.

Dieu estime plus en vous, que vous vous incliniez à demeurer dans la sécheresse et à souffrir pour son amour, que toutes les consolations, toutes les visions spirituelles et les méditations que vous puissiez avoir.

Cette vie, si elle ne sert à imiter le Christ, à quoi est-elle bonne?

Si celui qui ouvre la bouche, quand il a faim, pour se remplir de vent, se dessèche plutôt qu'il ne se rassasie, parce que ce n'est pas son aliment, le cœur aussi qui s'ouvre aux créatures pour s'en repaître s'affamera plutôt qu'il ne se rassasiera, parce qu'elles ne font pas sa nourriture.

On tire plus de joie des créatures en se dépouillant et désappropriant, que lorsqu'on les possède avec attache, parce que dans le premier cas on les goûte selon la vérité, et dans le second on ne les goûte qu'apparemment et d'une manière trompeuse.

Désirez Dieu sans cesse et dirigez vers lui l’amour de votre cœur. (Conseil)

Là où il n’y a pas d’amour, mettez l’amour et vous récolterez l’amour. (Lettre 26)

Sainte Thérèse d'Avila :

Ste Thérèse de JésusJe ne sais comment on peut penser à la Reine des Anges, au temps qu'elle vécut auprès de l'Enfant Jésus, sans remercier saint Joseph de les avoir si efficacement aidés. Que ceux qui ne trouveraient pas de maître pour leur enseigner l'oraison prennent pour maître ce glorieux saint, et ils ne s'égareront pas en chemin. (Vida 6)

"L'oraison n’est, à mon avis, qu’un échange intime d’amitié où l’on s’entretient souvent seul à seul avec ce Dieu dont on se sait aimé". (Vida 8)

Notre Seigneur ne regarde pas tant à la grandeur de nos œuvres que l'amour avec lequel nous les accomplissons. (7 D 4)

 "Malgré les fautes où tombe celui qui débute dans la voie de l’oraison, il ne doit jamais l’abandonner. L’oraison est le moyen qui lui servira à se relever.."(Vida 8)

Que rien ne te trouble, rien ne t’effraie, tout se termine, Dieu ne change pas, c’est la patience qui obtient tout. Qui possède Dieu, rien ne lui manque. Dieu seul suffit.

Je suis vôtre, puisque vous m'avez créée, Vôtre, puisque vous m'avez rachetée, Vôtre, puisque vous m'avez supportée, Vôtre, puisque vous m'avez appelée, Vôtre, puisque vous m'avez attendue, Vôtre, puisque je ne me suis pas perdue, Qu'ordonnez-vous qu'il soit fait de moi ?

 «Dieu ne se donne totalement que si l'âme se donne toute à lui.»

«Ne rétrécissons pas nos désirs c’est d’une haute importance. Croyons fermement qu’avec le secours divin et des efforts nous pourrons arriver peu à peu - ce ne sera pas en un instant – là où sont parvenus tant de saints aidés par la grâce. […] Pendant quelque temps, j’ai eu sans cesse présente à l’esprit cette parole de saint Paul : “Je peux tout en Celui qui me rend fort”.» (Vida 13,3)

Le monde est en feu... Ce n’est pas le moment de traiter avec Dieu d’affaires peu importantes (Camino 2,5)

 «Portez vos regards sur le Crucifié et tout vous deviendra facile». (VII D 4,8)

« J’attends tout de la miséricorde de Dieu. Personne, après l’avoir choisi pour ami, n’a été abandonné de Lui. Selon moi, en effet l’oraison mentale n’est pas autre chose qu’une amitié intime, un entretien fréquent, seul à seul, avec Celui dont nous nous savons aimés ». (Vida 8,5)

Je suis à toi Seigneur, pour toi je suis née : Que veux-tu faire de moi ? » (Poésie 2)

Il faut n’avoir en vue que le seul honneur et la gloire de Dieu en toutes choses. (Pensées sur l’Amour de Dieu 7, 5)

Tout ce que je vous demande c’est de Le regarder. (Camino 26)

Jamais je n'ai connu quelqu'un qui ait pour saint Joseph une sincère dévotion et le serve tout particulièrement sans mieux progresser dans la vertu; les âmes gagnent beaucoup à se confier à lui. Depuis plusieurs années, ce me semble, que je lui demande quelque chose le jour de sa fête, il m'a toujours exaucée; lorsque ma demande n'est pas tout à fait juste, il la redresse, pour mon plus grand bien. (Vida 6,7)

Si vous êtes dans l'épreuve ou la tristesse, regardez-Le attaché à la colonne, accablé de douleurs, toutes ses chairs mises en lambeaux tant est grand l'amour qu'Il a pour vous, persécuté par les uns, couvert de crachats par les autres, renié par d'autres encore, sans amis, sans personne qui prenne sa défense, transi de froid, si totalement abandonné que vous pouvez vous consoler l'un l'autre. Regardez-Le encore, au jardin des Oliviers, ou sur la Croix, ou bien quand Il fléchissait sous son poids et ne pouvait pas même reprendre haleine; Il tournera vers vous ses yeux si beaux, si compatissants, tout remplis de larmes, et Il oubliera ses souffrances pour vous consoler des vôtres, uniquement parce que vous allez chercher consolation près de Lui et que vous tournez la tête pour Le regarder. (Chemin de perfection 42,5)

Saint François d'Assise :

st François
Seigneur, fais de moi un instrument de la paix,
Là où il y a la haine, que je mette l'Amour,
Là où il y a l'offense, que je mette le pardon,
Là où il y a la discorde, que je mette l'union,
Là où il y a l'erreur, que je mette la vérité,
Là où il y a le doute, que je mette la foi,
Là où il y a le désespoir, que je mette l'espérance,
Là où il y a les ténèbres, que je mette la lumière,
Là où il y a la tristesse, que je mette la joie.
O Maître, que je ne cherche pas tant A être consolé...qu'à consoler A être compris...qu'à comprendre A être aimé...qu'à aimer. Car, C'est en donnant...qu'on reçoit C'est en s'oubliant...qu'on trouve C'est en pardonnant...qu'on est pardonné C'est en mourant...qu'on ressuscite à l'éternelle vie.

Saint BrunoSaint Bruno :

Ce que la solitude et le silence du désert apportent d'utilité et de divine jouissance à ceux qui les aiment, ceux-là seuls le savent qui en ont fait l’expérience...


Bienheureuse Elisabeth de la Trinité :

Bse Elisabeth de la TrinitéAu Ciel, ma mission ... attirer les âmes en les aidant à sortir d'elles mêmes pour adhérer à Dieu par un mouvement tout simple et tout amoureux, et de les garder en ce grand silence du dedans qui permet à Dieu de s'imprimer en elles, de les transformer en Lui-même. (Lettre 335)

« Ô mon Dieu, Trinité que j’adore, aidez-moi à m’oublier entièrement pour m’établir en vous, immobile et paisible, comme si déjà mon âme était dans l’éternité… Ô mes Trois, mon Tout, ma Béatitude, Solitude infinie, Immensité où je me perds, je me livre à vous comme une proie… » + LIRE LA SUITE +

Que le divin Enfant vous comble de ses plus douces bénédictions, de ses plus abondantes grâces, qu'Il vous éclaire des plus doux rayons de son amour! (LT 39)

Transportons-nous à la crèche de Bethléem, et là, devant le Dieu qui s'est fait si petit, prenons une grande leçon d'humilité. « Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur ! » « Si vous n'êtes semblables à de petits enfants vous n'entrerez pas dans le royaume des Cieux ! » Voilà les paroles de Jésus. La porte du Ciel est cachée, elle est bien basse, bien petite, seules les âmes humbles peuvent y passer. (Journal)

Oh oui, chère Madame, vivons avec Dieu comme avec un ami, rendons notre foi vivante pour communier à Lui à travers tout, c'est ce qui fait les saints. Nous portons notre Ciel en nous puisque Celui qui rassasie les glorifiés dans la lumière de la vision se donne à nous dans la foi et le mystère, c'est le Même! Il me semble que j'ai trouvé mon Ciel sur la terre puisque le Ciel, c'est Dieu, et Dieu, c'est mon âme. (Lettre 122)

La Sainte Eucharistie est le comble de l'amour divin. Là Jésus nous donne non seulement ses mérites, ses douleurs, mais Il se donne Lui même à nous. Un Dieu seul pouvait concevoir une chose semblable, une union si intime. Après la Communion Jésus et l'âme ne forment plus qu'un seul et même cœur.
Trois choses sont admirables dans l'institution de l'adorable Eucharistie:
  1. Le don que nous fait Jésus...
  2. Le moment où Jésus nous fait ce don, alors qu'un peuple en fureur trame sa mort...
  3. Le motif pour lequel Jésus nous fait ce don. Ah! c'est pour gagner nos cœurs, pour nous montrer son amour, pour conquérir le nôtre!...
Il me semble que rien ne dit plus l'amour qui est au Cœur de Dieu que l'Eucharistie.

Sainte Teresa de los Andes

Carmes
Essayez de connaître Jésus, l'ami intime de nos âmes. En lui vous trouverez la tendresse d'une mère à un degré infini, la consolation si vous avez à souffrir, la force pour accomplir votre devoir. Regardez Jésus anéanti dans la crèche, sur la croix, au tabernacle. De là, il nous dit combien il nous a aimés. (LT 151)

Mon Jésus, maintenant j'ai vu que tout dans le monde est vanité. Qu'une seule chose est nécessaire : t'aimer et te servir avec fidélité, te ressembler et devenir semblable à toi en toutes choses. En cela consistera toute mon ambition.

Garde-moi pure, Vierge Marie, en ton Cœur immaculé. Qu'il soit mon refuge, mon espérance, ma consolation, ma solitude. Je me remets en tes bras maternels pour que tu me places dans ceux de Jésus. Je m'abandonne à lui. Que sa sainte volonté se fasse.

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

Carmes
Si nous acceptons de mettre nos mains dans celles de l'Enfant divin, si nous répondons «oui» à son suis-moi, alors nous sommes siens et la voie est libre pour que passe en nous sa vie divine. Tel est le commencement de la vie éternelle en nous.  (La crèche et la croix)

Voici une nouvelle année pour nous laisser guider par la main du Seigneur; vivrons-nous jusqu'à la fin de cette année? Nous ne le savons pas. Mais si nous buvons chaque jour aux sources du Rédempteur, chaque jour nous entraînera plus profondément dans la vie éternelle et nous disposera à nous décharger bien volontiers du fardeau de cette vie terrestre quand retentira l'appel du Seigneur. L'Enfant divin nous tend la main pour renouveler l'alliance sponsale. Hâtons-nous de saisir cette main: le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte? (6 janvier 1941)

Les rois mages sont à la crèche les représentants des chercheurs de Dieu de tous pays et de toutes nations. La grâce les a conduits avant même qu'ils n'appartiennent à l’Église visible. Un pur désir de la vérité  les habitait, qui ne s'en tint pas aux limites des enseignements et des traditions de leurs pays. (Source Cachée 245)

Il ne m'a jamais plu de penser que la miséricorde de Dieu s'arrêtât aux frontières de l'Église visible. Dieu est la Vérité. Qui cherche la vérité, cherche Dieu, qu'il le sache ou non.

Plus que la philosophie, c'est le chemin de la foi qui nous donne Dieu: ce Dieu qui se tient près de nous personnellement, aimant et miséricordieux, et qui nous établit dans une assurance qu'aucune connaissance naturelle ne peut communiquer.

Dieu est Amour et l’Amour est Bonté qui s’offre elle-même, une plénitude d’Être qui ne reste pas enclose en elle-même mais qui veut se communiquer, s’offrir aux autres et les combler de bonheur.

Dieu ouvre les écluses de la miséricorde du Père à tous ceux qui ont le courage d’embrasser la Croix et Celui qui y est attaché.

L'union avec le Christ est notre béatitude et l'approfondissement de notre union avec lui fait notre bonheur ici-bas, l'amour de la Croix ne se trouve donc nullement en contradiction avec notre joie d'être enfants de Dieu. Aider à porter la Croix du Christ donne une allégresse forte et pure et ceux qui y sont appelés et qui le peuvent, ceux qui participent ainsi à l'édification du Royaume de Dieu sont vraiment les enfants de Dieu.

Sainte Marie de Jésus Crucifié (Mariam Baouardy)

Quand on cueille les olives, on le fait avec le plus grand soin ; on ramasse toutes celles qui tombent par terre, afin d’en extraire l’huile. Cherchez partout avec un soin égal des occasions de pratiquer l’humilité. L’huile donne la lumière ; l’humilité a la lumière de Dieu ; elle fait voir Dieu.

La sainteté ne consiste pas dans la prière, ni dans les visions ou révélations, ni dans l'art de bien dire, ni dans les cilices ou les pénitences. C'est l'humilité… L'humilité est la paix et l'âme humble est sereine, elle est toujours heureuse. C'est l'orgueil qui apporte le trouble.

«À quoi ressemblerai-je? Aux petits oiseaux dans leur nid. Si le père et la mère ne leur portent pas à manger, ils meurent de faim. Ainsi est mon âme sans vous, Seigneur; elle n'a pas sa nourriture, elle ne peut vivre!

À qui ressemblerai-je? Au petit grain de froment jeté en terre. Si la rosée ne tombe pas, si le soleil ne le réchauffe pas, le grain moisit. Mais si vous donnez votre rosée et votre soleil, le petit grain sera humecté et réchauffé. Il prendra racine et donnera une belle plante.

À qui ressemblerai-je, Seigneur? À une rose qu'on coupe et qui sèche dans la main. Elle perd son parfum; mais si elle reste sur le rosier, elle est toujours fraîche et belle et elle garde tout son parfum.

Gardez-moi, Seigneur, en vous pour me donner la vie.»

Viens Esprit-Saint. Viens, ma consolation! Viens, ma joie! Viens, ma paix, ma force, ma lumière! Viens, éclaire-moi pour trouver la source où je pourrai étancher ma soif. Une seule goutte de toi suffit pour me montrer Jésus tel qu'il est.

Où est la charité, Dieu est aussi. Si vous pensez à faire le bien pour votre frère, Dieu pensera à vous. Si vous faites un trou pour votre frère, vous y tomberez ; il sera pour vous. Mais, si vous faites un ciel pour votre frère, il sera pour vous..

Si vous oubliez d'arroser régulièrement l'arbre que vous venez de planter, il mourra. Si vous oubliez de pratiquer tous les jours l'humilité, l'arbre de votre âme se dessèchera.

Le Pape François 

Carmes Déchaux
On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision. [...] Chacun a non seulement la liberté, le droit, mais aussi l'obligation de dire ce qu'il pense pour aider au bien commun. Il est légitime d'user de cette liberté mais sans offenser. (Le 15.01.15 à Manille)

Neuvaine à Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus de la Sainte Face

Premier jour : Présence de Dieu

sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus
Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, qui avez vécu sous le regard de Dieu, ravivez en moi le sentiment de la divine présence. Aidez-moi à remplir tous les devoirs de ma journée. Que mon travail, accompli dans l'intention de plaire à Dieu, soit une prière continuelle. Chaque jour : Ave Maria Sainte Thérèse, priez pour moi, et présentez au Seigneur mon humble demande : …

Deuxième jour : Humilité 

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, faites que j'aime comme vous la vie cachée. En témoignage de la sincérité de ma prière, je veux m'effacer, me faire oublier, je ne dirai rien qui puisse me faire valoir.

Troisième jour : Confiance

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, je voudrais m'abandonner filialement à la volonté de Dieu, et me soumets d'avance à tout ce que Dieu décidera. Je veux, à votre exemple, le servir fidèlement. A toute heure, je dirai comme vous : "Ma joie est la volonté sainte de Jésus, mon unique amour".

Quatrième jour : Charité 

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, inspirez-moi ce que je dois faire pour prouver à Dieu mon amour : visite d'un pauvre, aumône qui soit vraiment un sacrifice. Je prends aussi la résolution de veiller sur mes paroles afin de ne blesser personne.

Cinquième jour : Devoir d’état 

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, je veux m'oublier moi-même et ne songer qu'à satisfaire les personnes de mon entourage. Je ferai de mon mieux pour leur rendre la vie agréable, non seulement par un mouvement d'affection naturelle, mais en vue de plaire à Dieu

Sixième jour : Esprit de pénitence 

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, dites à Notre-Seigneur que, pour l'expiation de mes péchés, je voudrais m'unir à sa douloureuse Passion. Offrez-lui tous les petits sacrifices que je m'imposerai aujourd'hui. Qu'ils soient comme autant de roses que vous effeuillerez à ses pieds.

Septième jour : Zèle 

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, aujourd'hui encore, je veux prier, travailler, me priver pour la conversion des pécheurs, la consolation des affligés, la délivrance des âmes du Purgatoire. Cet apostolat de la prière et de la souffrance que vous avez exercé vous-même, n'est-il pas un des plus efficaces ?

Huitième jour : Pureté d'âme

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, je voudrais passer cette journée sans commettre une seule faute. Comme vous, je ne refuserai rien à Dieu ; je ferai tout ce qu'il me commandera par la voix de ma conscience.

Neuvième jour : Communion 

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, préparez-moi vous-même à recevoir Notre-Seigneur, ou, si je ne le puis, à m'unir à lui en me conformant à sa sainte volonté. Faites que je dise sincèrement et du fond du cœur : "Non ce que je veux, mais ce que vous voulez." Mon Dieu, si vous daignez m'exaucer, par l'intermédiaire de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, que ma fidélité à vous servir vous dise ma reconnaissance. Chaque jour : Ave Maria Sainte Thérèse, priez pour moi, et présentez au Seigneur mon humble demande : …

Vénérable Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus

Carmel
Et voici qu'aujourd'hui Jésus est Ressuscité, Il se manifeste à la Vierge Marie. Quelle joie! Au jour de la Visitation, elle avait chanté: "Mon âme glorifie le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur.". Quel tressaillement au jour de la Résurrection! tressaillement de son âme, de son espérance qui maintenant saisissait son objet, tressaillement de tout son être. Oui, elles étaient vraies, les paroles de l'ange à l'Annonciation. Ce fils qu'elle avait engendré, était bien le Fils de Dieu, Il était bien le Messie; on l'avait fait mourir, (...); et maintenant Il était Vivant, Il était Ressuscité.

Serviteur de Dieu Laurent de la Résurrection

Laurent de la Résurrection
La pratique la plus sainte, la plus commune et la plus nécessaire en la vie spirituelle est la présence de Dieu : c’est de se plaire et s’accoutumer en sa divine compagnie, parlant humblement et s’entretenant amoureusement avec lui en tout temps, à tous moments, sans règles ni mesure, surtout dans le temps des tentations, des peines, des aridités, des dégoûts et même des infidélités et des péchés.

D'autres citations sur notre compte Twitter : https://twitter.com/carmesdumidi...