24/11/2016

L'Immaculée Conception

Immaculée Conception Carmel
En 1848, au cours d’une de ses apparitions à Sainte Bernadette Soubirous, la Vierge Marie lui déclare en patois : « Je suis l’Immaculée Conception ». Six ans plus tard, en 1854, le Pape Pie IX, dans la Bulle ‘Ineffabilis Deus’, proclame solennellement le dogme de l’Immaculée conception de la Vierge Marie : il demande à tous les croyants catholiques de croire que Marie a été « préservée intacte de toute souillure due au péché originel ». La proclamation de ce dogme est le dévoilement d’une vérité de l’Évangile, affleurant à la conscience de l’Église au terme d’un long processus...

La Lettre Aux Amis des frères Carmes de novembre 2016 explique comment le mystère de l’Immaculée Conception s’est progressivement dévoilé dans l'Ordre du Carmel.  (Cliquer sur le lien pour la découvrir au format PDF 2,9 Mb)

23/11/2016

Pèlerinage Lourdes 14 - 17 juillet 2016 - enseignements audio

Miséricorde saints du Carmel« La miséricorde chez les saints du Carmel »

Fr. Henri de l'Enfant-Jésus
Fr. Marie-Laurent de la Résurrection
Miséricorde saints du Carmel< Fr. François-Emmanuel du Christ-Roi
Fr. Jean-Gabriel de l'Enfant-Jésus

19/11/2016

Messe de béatification du Père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus...

... célébrée à Avignon le 19 novembre 2016, sous la présidence du Cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour la cause des saints. Vidéo de 2h14 à revoir ici (en cliquant sur l'image) :
 Video 2h15

10/11/2016

Neuvaine préparatoire - Béatification du père Marie-Eugène

L'institut Notre-Dame de Vie propose une neuvaine de prière à l'Esprit-Saint  pour nous préparer à recevoir le don que le Seigneur offre à son Église à travers le prochaine béatification du père Marie-Eugène  de l'Enfant-Jésus le 19 novembre prochain.

Méditation :

"Je vous invite à faire un acte de foi en l'Esprit Saint qui est dans nos âmes. L'Esprit Saint n'est pas une pensée, c'est quelqu'un qui est la vie de notre âme, le souffle vivant, l'hôte de notre âme qui agit sans cesse en nous. C'est une Personne, intelligente, aimante, qui habite en nous.

Vivre par conséquent avec cet Esprit Saint, le retrouver quelquefois, le retrouver souvent ! Et quand nous rentrons en nous-mêmes pour voir où nous en sommes, ce que nous devons chercher en premier lieu et presque uniquement, c'est cet Esprit Saint qui est vivant en nous. Il est là, l'ami, il est là, l'hôte ; il est là, l'architecte de l'Église ; il est là, l'ouvrier de notre sanctification, celui qui fait l'Église, cette œuvre à laquelle il nous associe.

Demandons à l'Esprit Saint, sinon de nous révéler sa présence par une Pentecôte, par des manifestations extérieures, qu'au moins il nous révèle sa présence, qu'il nous donne la foi en lui. Car, comme le dit Notre-Seigneur, celui qui croit en lui, des fleuves de vie jaillissent de son sein, l'Esprit Saint se répand par cette âme. Des flots de vie et de lumière descendent par l'Esprit Saint, mais aussi par cette âme qui a ouvert ces écluses divines par sa foi."
(Au Souffle de l'Esprit, p. 276)

04/11/2016

Renaissance d'un magnifique Crucifix du 14ème siècle

Carmes du Midi Crucifix 14e
"Nous avons découvert un trésor caché sous la poussière depuis plusieurs siècles", a déclaré le cardinal Angelo Comastri, archiprêtre de la Basilique Saint-Pierre de Rome aux journalistes lors d'une conférence de presse au Vatican, le 28 octobre 2016.

03/11/2016

Bienheureuse Françoise d’Amboise 1427-1485

Bse Françoise d’Amboise Le 4 novembre, l’Église qui est en France fait habituellement mémoire de la Bienheureuse Françoise d’Amboise, duchesse de Bretagne, et introductrice des Moniales carmélites en France. (Cette mémoire est célébrée le 5 novembre dans l'Ordre du Carmel et dans le diocèse de Nantes.)

Née en 1427, Françoise d’Amboise fut élevée à la Cour de Bretagne entre le duc Jean V, grand admirateur de saint Yves et la duchesse Jeanne de France, disciple de saint Vincent Ferrier. Elle y fut mariée au second fils du Duc, Pierre, qui succédera à son frère aîné sur le trône ducal en 1450. A partir de son mariage, Françoise seconda efficacement son mari, l’empêchant notamment de céder aux seigneurs qui le poussaient à augmenter les impôts pesant sur le peuple, le secondant dans la charge du duché et lui inspirant intégralement les « Constitutions de Pierre II » dont l’article 26 instaura en particulier le premier système d’aide judiciaire, lequel fut étendu à la France par le Roi Henri II et perdura jusqu’à l’abolition des privilèges à la suite de la nuit du 4 août. Expliquant toujours que « Religion sans charité n’est que corps sans âme et fontaine sans eau », elle se distingua par l’aide qu’elle apportait aux pauvres. Les générations suivantes s’en souviendront jusqu’à chanter, lors de sa béatification en 1863 : « Ta main leur prodiguait l’aumône, ton cœur leur prodiguait l’amour ».